Février 2024
L Ma Me J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29

23 personnes ont participé au séjour dont 16 cyclos de l’Arclusaz et 7 cyclos de Marolles ou du Midi qui nous ont fait le plaisir de se joindre à nous.

Malgré des orages fréquents, nous avons pu rouler tous les jours sur des routes quasi désertes et profiter en toute tranquillité du beau pays qu’est le Diois avec ses paysages et ses panoramas absolument superbes !

Dimanche 4 juin : Claps de Luc-en-Diois, col de Miscon (1023m), 64 km pour 830m de dénivelé

Nous partons en direction de Luc en Diois au sud-est de Die et gagnons le Chaos du Claps : ici la route serpente entre de gigantesques blocs de rochers dus à l’effondrement en 1442 d’une partie du pic de Luc dans le lit de la Drôme.

 

La route monte tranquillement jusqu’à Miscon dans l’agréable vallée du Rif, en revanche après Miscon changement de programme, les trois derniers kilomètres sont coriaces :10, 12 et 14% ! Rapide descente sous la pluie jusqu’à Boulc où nous faisons un arrêt afin de nous équiper pour la traversée du tunnel de Boulc. Nous prenons le tunnel partiellement éclairé à la descente et nous donnons du courage en entamant un véritable « concert de hiboux ! » aux dires de Jean-Louis !

900m plus loin, avec soulagement, nous voyons apparaître le bout du tunnel et, de surcroît un coin de ciel bleu qui déchire les nuages.

IMG-20230612-WA0002

La descente jusqu’à Châtillon-en-Dois est une véritable partie de plaisir. Le ciel reste menaçant, mais certains prennent le temps d’emprunter la ruelle de l’Horloge pour aller pique-niquer à la sortie du village.

Lundi 5 mai : Beaufort-sur-Gervanne, cols de la Croix (745m) et de Marignac (743m), 80km pour 920m de dénivelé.

Nous partons par la route départementale de Crest jusqu’à Pontaix et profitons des « chaussidou » et des larges bandes cyclables. Nous gagnons Saillans puis Mirabel-et-Blacons par la petite route départementale, puis obliquons vers le Nord en direction du village perché de Beaufort qui domine la vallée de la Gervanne. Petit regroupement avant d’attaquer les contreforts sud du Vercors en grimpant le col de la Croix (745m). Nous montons par une route déserte et bucolique qui suit la petite vallée de la Sépie. Nous goûtons ici à un calme des plus absolus. La pente se raidit après le village de L’Escoulin pour atteindre les 7% et nous faire apprécier l’arrivée au sommet et le pique-nique bien mérité !

  IMG-20230605-WA0006  IMG-20230605-WA0007

La descente vers Saint-Julien-en-Quint est sensationnelle : la route est large et bien revêtue et la vue splendide sur le val de Quint.

La montée au col de Marignac (743m) sous un soleil pesant en ce début d’après-midi est plus laborieuse …mais nous voilà récompensés par la belle descente sur Die à travers les forêts de pins et de chênes !

Mardi 6 mai : Col de Pennes (1040m), 60 km pour 870m de dénivelé.

Nous partons cette fois ci en direction de Gap, certains passent par la grande route heureusement bordée partiellement de bandes cyclables, d’autres passent par la petite route d’Ausson plus vallonnée mais beaucoup plus tranquille. Après un regroupement général, nous prenons à droite la route de Barnave aux ruelles étroites : attention aux volets qui, en ce début de matinée, s’ouvrent brusquement au passage des vélos !

IMG-20230606-WA0050  IMG-20230606-WA0036

Commence ensuite la montée du col de Pennes à 1040m d’altitude soit 560 m de dénivelé sur 11km, montée très agréable en raison de faibles pourcentages (4 à 8%) et de la fraîcheur offerte par la forêt de chênes et de pins. Quelques trouées permettent de beaux coups d’?il sur le Diois et les falaises du Glandasse. Lors de la descente, nous faisons une pause-café agréable au petit village de Pennes- le-Sec, sur la terrasse ombragée dominant la vallée d’Aucelon. « Mais où est passé Jean-Louis ? »

La descente du col est splendide avec des vues impressionnantes sur la vallée de la Roanne.

Le village médiéval de Saint-Benoît tout en enfilade avec sa petite église touchante perchée sur une arête rocheuse mériterait une visite mais le temps est menaçant, le retour se fait par petits groupes passant par Pontaix.

Mercredi 7 mai : Cols de Prémol (964m), du Fays (1051m) et de Rossas (1115m), Le Claps, Menglon, 95km pour 1180m de dénivelé.

Juste avant Luc -en-diois, nous bifurquons à droite en direction de la Motte-Chalancon et commençons l’ascension du col de Prémol : 964 m d’altitude soit pour nous, 11km de montée pour 430 m de dénivelé ! Après le village de Poyols, la route s’élève par une série de douces épingles jusqu’au village de Jonchères. Juste avant le sommet nous découvrons le panorama vers le sud et les curieux sommets arrondis et boisés. A Establet, nous prenons à gauche la jolie route du col du Fays (1051m) qui s’élève de façon régulière à travers les forêts de pins. Ensuite, à la grande surprise de tous ceux qui n’avaient pas bien étudié la carte, nous gagnons très facilement le sommet du col de Rossas à 1115m d’altitude après avoir fait seulement 64m de dénivelé supplémentaire ! Cette bonne nouvelle nous ouvre l’appétit et ravis, nous pique-niquons dans un pré verdoyant au bord de la route avec vue sur les sommets tout boisés.IMG-20230605-WA0003

Nous descendons sur Valdrôme, petit village agricole caché dans les forêts de pins et de mélèzes, et nous voilà installés tous en rond sur la terrasse de la seule auberge du village pour la pause-café !

Un nuage noir menaçant s’installe au-dessus du village, il va nous suivre et finir par déverser des trombes d’eau sur nos têtes alors que nous descendons la vallée de la Drôme jusqu’à Luc-en-Diois !

Jeudi 8 juin : cols de Rousset (1254m), de Proncel (1100m), de Saint-Alexis (1222m), de Rousset (1254m), 82km pour 1500m de dénivelé.

La brume n’est pas encore levée, les vautours dorment encore au creux des falaises, mais tous les cyclos sont au départ à 8h, frais et dispos pour la plupart et prêts à en découdre avec la mythique montée du col de Rousset à 1254m d’altitude !

IMG-20230608-WA0000  20230612_101534

Lorsqu’on regarde vers Die, à l'entrée du tunnel, le paysage est extraordinaire avec au loin un long défilé de collines tapissées de forêts vertes et plus près de nous des falaises calcaires bien éclairées par le soleil ; on aperçoit en contrebas les immenses lacets de la route, ce qui accentue l’impression de profondeur ! Jean-Jacques n'hésite pas à demander l'autorisation de monter sur un camion de chantier pour immortaliser ce moment inoubliable.

Un nouveau « concert de hiboux » annonce notre passage dans le tunnel de Rousset un peu éclairé en attendant la fin des travaux de rénovation prévus à l’automne prochain !

Passé le tunnel, on découvre la station du col de Rousset qui regroupe quelques pistes de ski alpin, des pistes de fond et de raquettes. Petite pause-café avant la séparation en trois groupes, ceux qui vont faire un aller-retour à Vassieux-en-Vercors, ceux qui redescendent directement à Die et ceux qui vont réaliser l’itinéraire prévu en descendant jusqu’à la Chapelle-en-Vercors !

IMG-20230608-WA0014  IMG-20230608-WA0005

Il faudra ensuite monter le col de Proncel à 1100m d’altitude où une table en bois nous invite à pique-niquer !

A Vassieux-en-Vercors, nous faisons un arrêt devant la nécropole de la résistance et, devant les restes d’armatures des planeurs allemands, nous pensons à la population terrorisée par l’arrivée des SS.

Montée tranquille au col de Saint-Alexis (1222m) en longeant le stade d'entrainement du biathlon et quelques dizaines de mètres de dénivelé plus loin, nous revoilà au sommet du col du Rousset ! La descente sur Die par une route large, peu fréquentée aujourd’hui est extraordinaire et le panorama inoubliable pour les cyclotouristes !

Inoubliable aussi la soirée grillades offerte par les cyclos de Marolles et du Midi : soleil, ambiance, rires et chansons, rien que du plaisir ! Merci encore à eux !

IMG-20230609-WA0004 IMG-20230610-WA0009

Merci aussi à Marcel qui s'est occupé des boissons dont certains se souviendront encore le lendemain....

Vendredi 9 juin : col de Pennes (1040m) par Aucelon, 66km pour 940 km de dénivelé

La météo annoncée pour ce dernier jour est à nouveau menaçante, aussi nous abandonnons l’idée de la grande randonnée prévue au col de la Chaudière et retournons faire l’ascension du col de Pennes, en montant cette fois-ci par Aucelon.

6 km après Pontaix, nous prenons les magnifiques gorges de la Roanne avec cette rivière sauvage aux eaux turquoise comme les a peintes Ginette dans son aquarelle ! Saint-Benoît en Diois est un beau village perché sur un éperon rocheux. L’église est située sur un promontoire et on y accède par un escalier de pierre bordé de jolies maisons.

IMG-20230611-WA0000  IMG-20230609-WA0001

Pour monter le col de Pennes par Aucelon nous empruntons une petite route qui domine les gorges de la rivière portant le même nom. Cette route est très sauvage et le cadre superbe ! Après Aucelon et un faux plat descendant d’1 km1/2 environ la pente devient plus raide jusqu’au sommet à 1040 m d’altitude.

IMG-20230606-WA0053

Nous rentrons à Die par Barnave et la jolie route d’Ausson avec vue sur la montagne de Glandasse ; nous avons baptisé cette petite route «la route des cochons » en raison de la présence d’un élevage porcin en plein air dont « les cochons d’Ausson », dorment sous la yourte : une rareté !

20230609_190505

Mais de charcuterie ce soir que nenni ! Après une introduction musicale offerte par la chorale du chef de choeur Marcel, le repas de clôture lui, sera délicieux et végétarien !

« J’avais des dents de loup, je les ai changées pour des quenottes » (Brassens)…

et j’ai mangé d’un coup courgettes et pleurotes !

Un repas végétarien c’est très bien quand on le partage avec les copains !

Un séjour à Die aussi !

Pendant qu'on est sur des chansons, voici ci-après les paroles de celle que Dominique a présenté entre le fromage et le dessert :

Sur l’air d’Amsterdam…(si l’on peut !!!)

Au camping de Die, y’a des cyclos qui rient

Et qui astiquent leurs chromes sur les routes de la Drôme,

Ils enchainent les cols sans que ça les désole,

Ils traversent les tunnels, attention les lumières !

Et ils boivent à leur santé, chaque soir que Dieu fait

Cyclo-apéro, c’est le rythme qu’il leur faut…

 

Y’a un ami de Marolles qui souvent fait le mariole

Sur les routes dioises et surtout dans les cols !

Il nous donne à porter le kway, le café

pour ensuite nous offrir c’que Babeth a promené !

 

Y’a les amis du puy qui ne roulent pas petit

mais de bonne compagnie pour parler entre amis.

On aime à les revoir, et à boire le soir,

Puisque après les efforts vient le réconfort !

 

C’est au col du Rousset que l’exploit on a fait

On a tous monté ces lacets réputés

Et on a avalé tout le dénivelé sans jamais barguigner !

Et les fesses en compote, on a fait la photo

Du sommet d’un camion, Jean Jacques t’es un champion !


On se moque de la pluie, et de tous les ennuis

Après deux crevaisons avant le retour maison

Ce fut un beau séjour, dans la Drôme ces six jours

Et il faut dire merci à Jean Pierre, à Jean Louis

Qui nous ont concocté ce programme varié et fait apprécier tout ce dénivelé !!!